Retraite culturelle : jeux de mains et sensibilisation

							Rolando Inzunza et Joy Flett participent aux jeux de mains à la retraite culturelle de la Première Nation crie Mikisew
Qui a dit que seuls les enfants pouvaient jouer?

Qui dit que seuls les enfants peuvent jouer?

Les jeux de mains autochtones sont une partie importante des célébrations communautaires et nombre de nos employés ont eu l’occasion d’y mettre la « main » pendant la 10e  retraite culturelle annuelle des Relations avec le gouvernement et l’industrie et la Première Nation crie Mikisew (PNMC).

La retraite culturelle s’est tenue du 18 au 20 août à Fort Chipewyan. Elle visait à regrouper les membres de la collectivité et les sociétés énergétiques locales afin de développer des liens et mieux comprendre les cultures tout en s’amusant.

« Grâce à notre présence dans les collectivités et notre participation à de tels événements, nous avons développé une compréhension de la culture et des valeurs des Autochtones et eux ont appris à mieux nous connaître, explique Rolando Inzunza, conseiller, Développement des entreprises autochtones. Les relations sont plus solides et une confiance et un respect mutuels se créent lorsque vous avez des liens personnels. »

Nombre de nos installations sont situées sur en territoire ancestral des Autochtones  ou à proximité de celles-ci et nous avons des liens avec plus de 150 collectivités autochtones à l’échelle du Canada. Un événement comme celui-ci fait tomber les obstacles et améliore la sensibilisation des membres des collectivités et des représentants de l’industrie. Apprendre des partenaires et des collectivités nous aide à créer des relations progressives et de collaborations avec les Premières nations.

Les visiteurs ont pris part à un enseignement culturel dans une classe extérieure.  Des activités éducatives et interactives telles que les meilleurs cris d’orignal et de canard, la fabrication de bannique et les ateliers d’arts et d’artisanat ont été parmi les points saillants de ces trois journées.

Le résultat idéal est que les membres de l’industrie ont partagé leurs expériences positives et une nouvelle compréhension des valeurs traditionnelles autochtones et des liens à la Terre avec leurs collègues et partenaires de l’industrie.

En bout de ligne, l’implication dans la collectivité peut montrer ce qu’une réunion dans une salle de conférence ne peut faire. Et cela prouve qu’apprendre peut aussi être amusant.

Précédent
1 sur 6