Darrell Durdle et son équipe se servent de drones pour inspecter le bec de torche à bord du Terra Nova.

Quand il s'agit d'inspections de l'équipement, le bec de torche de notre navire de production, de stockage et de déchargement (NPSD) Terra Nova est probablement situé au point le plus éloigné – 350 kilomètres au large des côtes et 107 mètres dans les airs.

Le concept d’éloignement a plus d’une signification dans ce cas, car Darrell Durdle et son équipe de maintenance peuvent maintenant surveiller la torche à distance au moyen de véhicules aériens sans pilote ou, comme on les appelle plus communément, des drones.  

Dans le passé, l'équipe de maintenance devait compter sur un hélicoptère, dans lequel se trouvait un photographe, qu’elle manœuvrait aussi près que possible du bec de torche très chaud, ou sur des échafaudages érigés à l'intérieur des citernes à cargaison de pétrole pour déceler les signes de fatigue pendant les arrêts planifiés. Grâce aux drones, l'équipe peut surveiller les dommages causés par la chaleur ou tout autre changement depuis le confort du pont du navire.

Darrell, un ingénieur professionnel de métier, et l'équipe de maintenance du NPSD cherchent toujours des moyens d'améliorer les processus de maintenance afin de les rendre plus sécuritaires, plus efficaces et moins coûteux.

« Nous avons commencé à poser des questions sur la façon dont nous pourrions faire mieux et il est apparu logique d’envoyer un drone là-haut. C'est plus sécuritaire, nous obtenons une bien meilleure qualité d'image et le coût est moindre. Tout cela s'est ajouté à une bonne analyse de rentabilisation pour essayer quelque chose de nouveau et de différent. »

Et les inspections sont assez impressionnantes. Darrell explique combien il est maintenant facile de faire un zoom sur les photos de haute qualité et d’obtenir ainsi une compréhension beaucoup plus claire des éléments pour aider les équipes de maintenance à effectuer leurs inspections.

« Les drones sont de plus en plus courants et, en fin de compte, réduisent les risques, tant pour les personnes que pour l'équipement, en particulier durant le travail en espace clos ou en hauteur », explique-t-il.

Darrell et l'équipe admettent que la réglementation des drones et les règles concernant l'espace aérien présentent certains défis, parce que la technologie est si nouvelle, mais ils s'entendent sur la possibilité d’y faire appel dans différentes situations.

« Je n'aurais jamais imaginé que la coordination d'avions télécommandés serait dans ma description de poste », dit-il en riant.

Cet article contient des renseignements de nature prospective. Voir les mises en garde pour plus de détails

Précédent
1 sur 3